Blog

Pyrénées

Montcalm et Estats (2 jours, Aout 2020)

Témoignage d’une aventure mémorable

Nous sommes 3 à partir vers le Montcalm et le pic de l’Estat. Le Montcalm est le pic le plus élevé des pyrénéennes ariégeoises à plus de 3000 m d’altitude.

Notre périple va se dérouler sur 2 jours.

Comme toujours un sentiment mêlé d’excitation et d’appréhension nous accompagne. 2 Jours se présentent à nous.

Nous partons pour une balade d’environ 20km et 2000 mètre de dénivelé.

Pour ces 2 jours de balade nous nous proposons de méditer sur le chemin autour des questions suivantes. Qui suis-je ? Vers où vais-je ?

Après une première montée ou on laisse le quotidien derrière dans la vallée, nous nous posons autour d’un magnifique petit étang, « l’étang sourd ». La météo est bonne, nous observons quelque randonneurs autour de nous. Nous profitons d’un moment de contact avec la beauté apaisante du lieu. Rapidement les nuages arrivent et envahissent tout l’espace.

Peu avant nous voyons de l’autre côté du lac, une femme en contemplation et un randonneur qui avance au pas décidés vers un chemin qui ne semble pas mener bien loin.

Le météo a très vite changé et d’un coup nous ne voyons plus a 2 mètres, l’ambiance vire au fantastique. Devant cette étendue d’eau nimbé d’un brouillard épais, mon imaginaire m’emporte en Écosse et je m’attends à voir sortir du petit lac un animal fabuleux, un monstre du loch Ness.

Devant ce décor irréel, nous entrons dans un profond silence. Nos sens perdent leur habitude, ils deviennent sujet aux hallucinations, quelles soient visuelles, sonores, cénesthésiques.

Soudain, un son lourd et assourdissant inonde notre méditation. Arrivent de 2 autres sons comme des pas d’un géant qui fait trembler la terre. Le 4ème son est une chute pataude dans l’eau. Nous nous regardons interloqué, à l’affût de la suite. Nous comprenons bien que l’effet du brouillard accentue, épaissi tout bruit. Rien d’autre ne se passe. Amusés, intrigués nous restons éberlué et joyeux.

Cet effet d’air passe et les nuages remonte vers le ciel aussi vite qu’ils sont venus, le soleil reprend place.

Il va être temps de repartir vers le premier objectif de la journée.

Juste avant de partir, un randonneur vient vers nous, je reconnais la personne qui quelques temps auparavant était passé de l’autre côté de l’étang. Il donne l’impression d’être perdu et confus. Il nous demande le chemin pour redescendre vers le parking. Alors nous observons qu’il est quelque peu mouillé et qu’il s’est blessé légèrement au genou. Après s’être assuré qu’il était en état de continuer nous lui indiquons le chemin et le laissons partir. Nous comprenons qu’une raison probable de cette incursion sonore dans la brume est ce randonneur étrange. Aurait-il glisser sur un rocher et essayant de se reprendre il aurait fini par tomber dans l’eau ? Notre mystère en partie élucidé nous reprenons la marche vers notre refuge accompagnés de joyeux éclats de rire.

Au refuge, nous trouverons des conditions spartiates et nouerons de belles relations avec quelques marcheurs. Au bas du refuge, un nouvelle étendu d’eau. De l’autre côté une vue panoramique majestueuse. Nous surplombons une mer de nuage qui remplie la vallée et vient buter sur d’innombrables pics remparts dressés tel des îles vers le ciel.

L’action de la montagne libère notre inspiration et nôtres immagination.

Face à ce spectacle nous partageons un repas simple agrémenté d’échanges élevés et inspirés.

Au lever le lendemain matin, rien ne nous encourage à repartir vers les sommets buts de notre sortie. Le temps est pluvieux, l’horizon bouché, le froid est humide et glacial. Ces conditions laissent augurer une journée difficile. Nous repartons sans trop hésiter. Les premiers hectomètres sont pénibles.

Comme souvent en montagne la météo est variable et les conditions détrempées du matin laissent place aux éclaircies et à l’expression de la pleine beauté d’une montagne ensoleillée.

Après un bref arrêt au lac d’Estats, nous entamons le pas sûr et léger la dernière partie de notre ascension. Nous voilà enfin au sommet du Montcalm.


Heureux d’avoir atteint l’objectif principal de notre sortie. Nous restons là un long moment, sur cette terre rocailleuse. Le vent est frais et nous prenons le temps de faire une petite méditation et de lancer nos demandes profondes vers l’horizon magnifique.

Nous reprenons alors notre chemin pour aller vers un autre pic, celui de l’Estat, en Espagne cette fois. C’est sur l’arrête de ce sommet que nous pique-niquerons et aurons un échange profond en relation avec les questions de méditation proposées la veille. A ce moment je prends conscience avec une joie profonde, comment cette ascension « méditative », nous a transformé. Nos paroles sont directes, joyeuses, pleines de sens et de compréhension.

Une longue descente nous attend maintenant, et certainement par un trop grand relâchement et un petit manque d’attention, nous raterons un embranchement qui aura comme conséquence de nous faire marcher un peu plus. La seconde moitié de la descente est longue pénible, car une fine pluie nous accompagne et nous oblige à redoubler d’attention face à ce sol qui est devenu particulièrement glissant.

La fin de cette petite aventure se fera sous un meilleur ciel et l’on sentira en chacun d’entre nous la joie d’avoir partager ensemble une expérience simple et élevée.

Je reconnais très souvent ce sentiment d’union que l’on vit après un virée en montagne.

Christophe

Pyrénées

La Pique d’Endron

Juillet 2020, nous sommes un bon petit groupe et nous allons vivre une journée longue ensoleillée et pleine de surprise. Des rencontres, des échanges, des rires et quelques moments d’inquiétude lorsque certains d’entre nous ce sont un peu perdu, dans un paysage merveilleux…

Pyrénées

Pic du Razel (2 juin 2020)

Sortie/balade plutôt tranquille pour dérouiller les jambe après plusieurs semaines de confinement.
La montagne soude les amitiés et nous rend plus joyeux. Au sommet du Razel, nous avons pus effectuer une demande pour un changement profond et essentiel.

Marche vers le Pic du Han Pyrénées

Mont Fourcat et Pic Du Han

Demande pour un changement profond et essentiel, en Ariège.

Pyrénées

Pic du petit Vignemale

4 toulousains ont donc pris la route pour un nouveau week-end “gravis ton sommet”, autour du pic du Vignemale (Haute Pyrénées, région de Gavarnie).
Départ le samedi sous une grosse chaleur pour une première grimpée avec un peu plus de 900 mètres de dénivelé vers le refuge Baysselance, plus haut refuge gardé des Pyrénées (2651 m d’altitude).
Cette première montée vers le refuge à partir du barrage d’Ossoue sera rendu difficile par la chaleur et le poids de nos sac à dos. Mais la beauté immédiate des paysages, la fraîcheur des petits névés et des ruisseaux traversés vont nous aider à amplement surmonter cette ascension.

Le refuge qui nous accueille au pied du Vignemale, étant complet pour la nuit nous avons prévu de bivouaquer autour dans les espaces prévus pour nos tentes.
Un copieux repas réconfortant, une soirée inspirée et une nuit étoilée nous attendent avant de gravir le dimanche matin le Petit Vignemale situé à 3032 mètre d’altitude.

Faute d’équipement (crampons, piolet et cordes) et d’expérience des glaciers, nous délaissons pour cette fois le pic du grand Vignemale (3298 m,plus haut sommet des Pyrénées français) et posons nos pas vers son petit frère.
C’est avec enthousiasme et exaltation que nous avons gravis ce pic du petit Vignemale afin d’y envoyer nos demandes pour un changement profond et essentiel dans le monde.

Nous sommes resté 1 heure au pic. Éblouis par la vue et chargés d’énergie, nous avons partagé une cérémonie de demande, simple, humble et sentie.
La descente vers le refuge se ferra dans l’allégresse pour les uns et dans une introspection méditative pour les autres.
Puis tranquillement après un pique nique, nous retournerons vers la vallée.

La montagne nous a encore bouleversés, transformés. Nous y avons une nouvelle fois déposé nos demandes et avons ressenti un impact intérieur qui accompagnera nos actes pour les jours à venir…

Rendez-vous le week-end du 14 juillet pour une nouvelle expérience. Expérience que nous pourrions partager avec tous ceux qui le souhaitent, de manière simultanée à partir des lieux qui vous inspirent !

Demande pour un changment profond et essentiel dans le monde Pyrénées

Pic du Canigou

Nous profitons du premier weekend de juin et du beau temps pour partir gravir le Pic de Canigou. Nous démarrons le samedi après midi pour passer la nuit au refuge du Cortalet. Le lendemain nous irons donc au sommet du Pic du Canigou afin d’effectuer notre demande “pour un changement profond et essentiel”, depuis ce pic sacré de Pyrénées orientale.
Nous étions une équipe de 7 pour partager cette joyeuse, profonde et mémorable épopée . Les conditions météo étaient parfaites avec un magnifique soleil, mais pas encore les grosses chaleurs.

Le dimanche matin, après une nuit fraîche au refuge nous avons atteint le sommet du pic vers midi. Le temps que tout le monde se retrouve en haut, et mange un morceau, nous avons pris un moment pour faire une cérémonie de demande “pour un changement profond et essentiel dans le monde”, puis après la photo d’usage, nous avons dévalé joyeusement la montagne jusqu’à retrouver le refuge.
Enfin nous continuerons jusqu’à retrouver notre véhicule pour une longue route de retour vers Toulouse.

Nous sommes rentrés heureux d’avoir pu partager ce moment de vie plein de sens et ce moment fort d’amitié, avec ce sentiment d’avoir vécu un weekend unitif, rempli de sens.
La tête dans le ciel étoilé des montagnes et le cœur léger bercé d’un doux souvenir.

Orient

Septembre 2018, Le Tochal (Iran)

Situé à 4000 mètre d’altitude, nous étions une équipe internationale d’une dizaine d’amis enthousiastes à aller faire notre demande malgré un froid saisissant…
Arrivé au sommet nous avons pu partager avec les nombreuses personnes qui chaque weekend viennent ici en randonnée.
Notre cérémonie de demande a été profonde et émouvante et nous sommes reconnaissant et plein de gratitude envers nos amis iraniens avec qui nous avons vécu ce premier acte sur un sommet Iranien.

Rendez est pris pour gravir le mont Damavand (5600 m) au mois de septembre 2019..

Europe

Septembre 2018: Pollino en Italie

Une randonnée rempli de rencontres!! La force de la nécessité pour dépasser nos limites nous lie aux autres. Nous sommes démarré à 4 et notre voyage a fini à 8! Combien nous serons dans notre prochain montée ?!

« de 2 »

Pyrénées

Août 2018, Pic du Néouvielle

Journée exceptionnelle sur le sommet du Névouvielle : Une véritable épopée !
Avec un invité d’honneur parisien qui nous a tous coiffé sur le sommet.
Une longue marche avec beaucoup de limites à dépasser…Un précipice, des névés, le vertige, la fatigue… Des limites intérieures et extérieures que chacun de nous a appris à surmonter.
Notre intérêt : L’abîme et ce qui le dépasse.
Au sommet la demande pour un changement profond et essentiel a été d’autant plus intense et profonde.

« de 2 »

Pyrénées

14 juillet, le Pic di Midi

En ce 14 juillet 2018 nous voilà un petit groupe de 6 amis partis pour gravir un premier sommet afin d’y faire une demande pour un changement profond et essentiel dans le monde.L’ambiance joyeuse et pleine d’amitié aide beaucoup à donner du sens et à donner une charge émotive importante à ce moment.
Nous partons donc très excités à l’assaut du Pic du Midi. Nous avons choisi ce sommet, à l’accès assez facile, de part sa réputation et son observatoire astronomique.
Tout un symbole.

Dans ces moments de marche en montagne chacun prend son rythme, autant extérieur qu’intérieur. Au début les préoccupations du quotidien sont encore bien présentes dans la tête de chacun. Puis petit à petit chacun entre en soi et commence son propre cheminement.

Au départ de cette randonnée nous voyons au loin un groupe d’une vingtaine de militaires en tenue (Mais sans barda ni armes) qui est bien avancé sur le chemin.

Après environ 3 heures de marche sur un chemin bien fréquenté et avec encore pas mal de trace de neige, nous atteignons le sommet, satisfaits de ce premier accomplissement.
Les paysages que nous avons pu admirer tout au long de notre balade nous ont ébloui et préparé à donner de la profondeur à notre demande.

La montagne, le sommet, est ce lien sacré qui relie le ciel et la terre. Alors nous allonspouvoir lancer notre demande, notre signal.
Sur l’esplanade du sommet nous croisons le groupe de militaire en train de tranquillement prendre son pique nique.
Nous allons rapidement avoir un échange amical avec eux et nous leur expliquons ce qui nous amène ici. Un lien se crée entre eux et nous, nous leur demandons même de nous prendre en photo avec notre panneau “Demande pour un changement profond et essentiel dans le monde”, ils le font avec plaisir. Un d’entre eux commente que c’est un paradoxe et une drôle de coïncidence que nous soyons là ensemble à ce moment.

Puis après la photo nous faisons une demande profonde. En cercle, chacun la main sur le cœur et les yeux fermés nous demandons et exprimons cette demande à haute voix. Nous lançons cet appel simple et profond à l’Univers et à la Terre.Tout autour de nous les gens et particulièrement les militaires sont très respectueux et silencieux.
D’une certaine manière ils participent à cet acte sacré.Puis les militaires reprennent leur chemin après nous avoir salués.

En les regardant partir nous prenons conscience que pour cette première nous venons de vivre un moment fort. Déjà la demande pour un changement profond agît et le symbole en est clair. Le 14 juillet 2018, jour de fête nationale des militaires et un groupe de Messagers ont partagé une même demande pour un Monde Meilleur, un monde de paix ou l’être humain sera considéré comme lavaleur centrale.”